Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah

Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah

img_5455

“The only reason you say that race was not an issue is because you wish it was not. We all wish it was not. But it’s a lie. I came from a country where race was not an issue; I did not think of myself as black and I only became black when I came to America. When you are black in America and you fall in love with a white person, race doesn’t matter when you’re alone together because it’s just you and your love. But the minute you step outside, race matters.”

Read more

Maylis de Kerangal, Réparer les vivants

Maylis de Kerangal, Réparer les vivants

img_5327

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps. Que subsistera-t-il, dans cet éclatement, de l’unité de son fils ? Comment raccorder sa mémoire singulière à ce corps diffracté ? Qu’en sera-t-il de sa présence, de son reflet sur Terre, de son fantôme ? Ces questions tournoient autour d’elle comme des cerceaux bouillants puis le visage de Simon se forme devant ses yeux, intact et unique. Il est irréductible, c’est lui. »

Read more

Annie Ernaux, Les Années

Annie Ernaux, Les Années

cb2e53e3-15db-4c75-b5b8-a8251708197d

« Tout s’effacera en une seconde. Le dictionnaire accumulé du berceau au dernier lit s’éliminera. Ce sera le silence et aucun mot pour le dire. De la bouche ouverte il ne sortira rien. Ni je ni moi. La langue continuera à mettre en mots le monde. Dans les conversations autour d’une table de fête on ne sera qu’un prénom, de plus en plus sans visage, jusqu’à disparaître dans la masse anonyme d’une lointaine génération. »

Read more

Edith Eger, The Choice. Even in hell hope can flower

Edith Eger, The Choice. Even in hell hope can flower

img_5077

“There is cruelty, there is violence, there is hate. But never in the history of humankind has there ever been a more scientific and systematic annihilation of people. I survived Hitler’s horrific death camps. Last night I slept in Joseph Goebbels’s bed. People ask me, how did you learn to overcome the past ? Overcome ? Overcome ? I haven’t overcome anything. Every beating, bombing, and selection line, every death, every column of smoke pushing skyward, every moment of terror when I thought it was the end — these live on in me, in my memories and my nightmares. The past isn’t gone. It isn’t transcended or excised. It lives on in me. But so does the perspective it has afforded me: that I lived to see freedom because I learned to forgive.”

 

Read more

Laurent Mauvignier, Apprendre à finir

Laurent Mauvignier, Apprendre à finir

DSC_0029

« Combien de temps pour comprendre que son corps était guéri, que c’était un corps d’homme et qu’il devait bien avoir l’appétit des hommes. Que je n’étais jamais redevenue sa femme, redevenue une femme, n’importe laquelle, n’importe, mais que j’étais seulement la porteuse de bols, l’odeur de vermicelle, un manteau de laine qu’il n’aimait pas, que j’étais des fleurs dans un vase qu’il m’aurait jeté au visage pour ne plus le voir, ni mes sourires, ni mes demandes, ni mes cheveux qui tombaient dans les yeux pour que lui ne voie pas comment je les baissais – maintenant, puisque plus jamais il ne m’a regardée comme les hommes regardent les femmes. »

Read more