Karine Tuil, Les Choses humaines

Karine Tuil, Les Choses humaines

« Claire continuait d’affirmer publiquement qu’elle était convaincue de l’innocence de son fils mais depuis qu’elle avait entendu le témoignage de Mila, elle doutait. Et s’il l’avait vraiment violée. Quand elle avait lu le contenu de sa première audition, elle avait déjà, été ébranlée par le récit précis et cru de cette nuit d’horreur. Mais il s’agissait de son fils, de son enfant. Elle avait échoué. Sa mère lui avait appris à se protéger des assauts des hommes, mais elle n’avait pas pu faire comprendre à son propre fils qu’un désir ne s’imposait pas par la force. »

Read more