Luc Lang, 11 septembre mon amour

Luc Lang, 11 septembre mon amour

« Ce 11 septembre est encore à peine un événement historique, mais la technique a permis qu’il soit déjà une injonction pour la littérature. […] Et me voici, et nous voici à la même place, dans le même dilemme, devenus des écrivains de l’actualité immédiate, contraints, sommés par le temps présent d’écrire à visage découvert sur ces mêmes questions, à la recherche d’une écriture qui demeure celle de la littérature. Insondable défi de la forme et de la technique des mots. Insondable défi de l’amour. »

Read more
L’écriture de l’événement du 11 septembre 2001 dans la littérature (Luc Lang, Don DeLillo, Fanny Taillandier)

L’écriture de l’événement du 11 septembre 2001 dans la littérature (Luc Lang, Don DeLillo, Fanny Taillandier)

Comme pour beaucoup d’étudiant.e.s, j’ai passé une grande partie du confinement à écrire et finaliser mon mémoire de recherche de master qui portait sur « L’écriture de l’événement du 11 septembre 2001 dans la littérature (Luc Lang, Don DeLillo, Fanny Taillandier) », et que j’ai soutenu vendredi 22 mai dernier. Mon corpus comprend deux textes français dont les auteurs sont témoins de l’événement via les images à la télévision (et donnent à lire l’événement à travers ce prisme), et un texte américain dont l’écriture est propulsée plus tard par une photographie : Luc Lang, 11 septembre mon amour (Stock, 2003), Don DeLillo, Falling Man [2007] (2011 Picador, L’homme qui tombe, trad. Marianne Véron, Actes Sud, 2008, coll. « Babel » 2010), Fanny Taillandier, Par les écrans du monde (Seuil, 2018). J’ai donc interrogé l’appropriation de l’événement du 11 septembre 2001 à partir de ces textes.

Read more
Laurent Mauvignier, Dans la foule

Laurent Mauvignier, Dans la foule

« […] dans l’ombre du tunnel il y a des silhouettes, je suis entré en suivant les policiers qui ont couru, on ne m’a rien dit, on ne m’a pas vu et j’ai entendu celui qui a crié, reculez, reculez, des spectateurs continuaient à sauter, le mur a bougé, c’est certain, le mur tremble, je recule, le mur s’effondre et avec lui on voit des yeux, des visages, des bouches, des épaules et des corps entiers et les premiers visages, le sang et la frayeur sur les visages, mais, est-ce que ce sont encore des visages ou les lambeaux d’une chair effrayée, battue, retournée,

            Mais que se passe-t-il ici, c’est la guerre ici, c’est la guerre, des images d’apocalypse ici »

Read more
David Dufresne, Dernière Sommation

David Dufresne, Dernière Sommation

« Vicky voulait appeler sa mère, lui raconter ; sa mère refusait de rire à sa mauvaise blague, à son histoire de main arrachée et de perchoir, de République abattue et de mutilation, de sang et de pompiers. La douleur se réveilla à ce moment-là, la sécrétion d’endorphines ne pouvait plus rien, le mécanisme de protection céda – et la mère de Vicky comprit.

On ne jouait plus. »

Read more